Des habitants de Venette (Oise) ont pu découvrir les ponts thermiques et autres déperditions de chaleur de leur maison à l’occasion d’une balade nocturne. Armés de caméras thermiques les animateurs de l’agglomération ont fait œuvre de pédagogie et de conseils.

« Au niveau du rez-de-chaussée, il semblerait que vous ayez des pertes vraiment importantes, plus importantes qu’au premier étage… » observe Emmanuelle Hardy, animatrice d’Habitat Rénové et ingénieure en charge du diagnostic du Patrimoine Bâti. A ses côtés, Madame Dupont, propriétaire de ce pavillon construit dans les années 2000 regarde les variations de couleurs qui s’affichent sur la caméra thermique. Avec son mari elle participe à une « balade thermique » organisée par l’Agglomération de la Région de Compiègne (ARC) à Venette (Oise). « Les premières réglementations thermiques sont intervenues 5 ans après la construction de votre logement, là c’est isolé, mais avec les performances d’aujourd’hui. On limite les effets de parois froides mais ça n’empêche pas les déperditions vers l’extérieur » explique Emmanuelle Hardy. « C’est vrai qu’au niveau du rez-de-chaussée, on sent que la maison est fraîche. J’aimerai bien gagner en confort » souligne l’habitante des lieux. En 2015, une thermographie aérienne avait déjà attiré son attention. « La balade thermique est un bon moyen de faire un point sur la situation. Ça nous permet aussi de glaner de l’information et de savoir par où commencer. Nous nous sommes installés ici en 2006 et nous n’avons pas fait de travaux d’isolation depuis. S’il y a un moyen d’améliorer les choses, c’est forcément intéressant » ajoute-t-elle.

Découvrir sa maison sous un autre angle

Comme elle, 4 autres propriétaires se sont inscrits pour cette déambulation nocturne. Dans la nuit froide, ils découvrent leur maison sous un autre angle. « Plus le matériau est froid, plus c’est bleu, et plus il est chaud, plus c’est rouge. Mais attention, les matériaux réagissent différemment et il faut relativiser, la caméra thermique n’est qu’un outil, il faut essayer de comprendre comment est faite la maison » prévient EmMontagemanuelle Hardy alors qu’on s’achemine vers un autre pavillon construit dans les années 2000. Source de lumière à proximité, emplacement du garage, vide sanitaire sont autant d’éléments qui peuvent jouer sur l’image renvoyée. « On va chercher les nuances de couleurs plutôt que la couleur en soi. Plus il y a de variations moins c’est isolé, plus c’est uniforme, mieux c’est » résume l’animatrice devant des propriétaires très à l’écoute. Bernard Delannoy, Maire de la commune, s’est lui aussi joint à l’expédition. « Je voulais voir comment fonctionnaient les caméras thermiques et comment sont isolées les maisons. Là, la demande vient des propriétaires, on est sur du sur-mesure » sourit-il. Jérémy Perrot, Conseiller info énergie de l’Agence départementale sur le logement (ADIL) de l’Oise est venu prêter main forte à Emmanuelle Hardy. Lui aussi se félicite de la curiosité des participants. « Ce qui est intéressant ce soir c’est que tous peuvent nous expliquer les travaux effectués ou la configuration de la maison. C’est un bon point de départ pour justifier les ponts thermiques et les déperditions de chaleur. On est vraiment sur de la sensibilisation et de la prise de conscience » note-t-il. Après une bonne heure de marche, le petit groupe se retrouve dans une salle communale. Là, Emmanuelle Hardy présente les diverses solutions pour réaliser des travaux d’économie d’énergie. Pour illustrer son propos, elle montre également des rénovations faites sur la commune, dont l’une a bénéficié du savoir-faire du Picardie Pass Rénovation. « Nous sommes là pour apporter de l’information de façon neutre et gratuite avant de réorienter les gens vers les différents services existants, c’est vraiment un service complet » insiste Jérémy Perrot. Un message visiblement entendu par les habitants de la commune.

 

Share Button