La communauté d’agglomération creilloise compte 300 copropriétés. Majoritairement anciennes, leur réhabilitation est un enjeu fort pour le territoire. Pour la CAC, le service public de l’efficacité énergétique est un partenaire essentiel pour enclencher une dynamique vertueuse au service du pouvoir d’achat des creillois et de l’attractivité du territoire.

 

Dans une agglomération qui concentre 50% de logements sociaux, et dispose d’un parc privé composé à plus de 70% d’immeubles collectifs, dont la plupart sont anciens, la réhabilitation des copropriétés est une priorité. Il y va de la qualité de vie des habitants, exposés au risque de précarisation énergétique, mais aussi de l’attractivité du territoire. Comme le souligne Abdelkrim Kordjani, vice-président de la CAC en charge de l’habitat : « Notre agglomération a un bassin d’emplois assez riche, et un réseau de transport satisfaisant. En revanche, notre parc résidentiel privé est plutôt ancien, et une part de nos immeubles collectifs sont dégradés, on constate qu’ils se dégradent plus et plus vite que dans l’habitat individuel. Pour continuer d’attirer les populations, il est essentiel de se concentrer sur l’habitat ancien. »  Face à cet enjeu, la CAC fait de l’accompagnement des copropriétés anciennes une des priorités de sa politique de l’habitat, mobilisant des subventions exceptionnelles[1]. Néanmoins, pour enclencher des travaux d’économies d’énergie ambitieux, et susciter le passage à l’acte de copropriétaires modestes, et souvent désorganisés, Picardie Pass Rénovation* est essentiel : « l’apport du SPEE Picardie est pour nous fondamental. Sans cela, le projet de rénovation de la résidence Hélène n’aurait pas pu se faire. Avec la baisse des dotations aux collectivités, nous n’aurions pas pu mobiliser les fonds suffisants », confie le vice-président à l’habitat. En cela, le service public joue un rôle de catalyseur : « C’est la mobilisation de tous les partenaires – collectivités, ANAH, SPEE… – qui nous permet d’avancer sur le sujet de l’habitat ancien ; nous sommes tous interdépendants. Ce qui est intéressant avec Picardie Pass Rénovation, c’est qu’il permet de lever le frein financier, et qu’en sortant de la subvention, il permet aussi d’impliquer financièrement les gens, ce qui les responsabilise », ajoute-t-il.

Regagner du pouvoir d’achat  

Rénovation énergétique CopropriétésLa solution financière est une chose, accompagner les copropriétaires en est une autre. Morad Charrouf-Victor, chef du service Habitat de la CAC, insiste : « L’avantage du Picardie Pass Rénovation, c’est qu’il ne s’agit pas d’un prêt bancaire classique, où on vous donne l’argent en vous laissant vous débrouiller. Tout l’intérêt du service public est dans l’accompagnement proposé : une maîtrise d’ouvrage poussée, une étude technique fine, des résultats à la clé. Le financement est intégré dans un accompagnement global, ce qui donne de la cohérence et de la sécurité aux gens. » Et d’ajouter : « sans oublier le travail de mobilisation des copropriétaires, avec l’organisation de permanences, des relances régulières pour convaincre et rassurer ». L’enjeu est d’autant plus grand pour des copropriétaires fragilisés : « Les dépenses énergétiques pèsent de plus en plus lourd dans le budget des ménages. On constate que certaines familles cessent de payer leur charge de copropriété en raison du poids des dépenses d’énergie. Certaines arrêtent de se chauffer, avec toutes les conséquences que cela peut avoir sur la dégradation du bâti mais aussi sur la santé des gens. En leur permettant de financer des travaux et de rentabiliser leur investissement via la baisse de leurs factures d’énergie, Picardie Pass Rénovation permet de redonner du pouvoir d’achat aux gens », poursuit Abdelkrim Kordjani. Un objectif majeur pour la CAC, que confirme à son tour Morad Charrouf-Victor : « Derrière les économies d’énergie, Picardie Pass Rénovation est un moyen pour nos populations modestes de reconquérir du pouvoir d’achat. Pour nous, c’est essentiel ». Le 12 mars 2016, la CAC organisait son premier forum de la copropriété. Parmi les invités, le président du conseil syndical de la résidence Hélène de Montataire, témoignant de la manière dont sa copropriété a profité des aides de la CAC et de la solution du Picardie Pass Rénovation pour engager un projet ambitieux de rénovation énergétique.

Aider les petites copropriétés

Depuis 2015, la CAC expérimente aussi une « commission locale des copropriétés », en partenariat avec l’ARC (Association des responsables de copropriétés). A l’origine de cette initiative, un constat : « Nous avons 300 copropriétés sur l’agglomération, qui compte de 1000 logements à 2 ou 3 logements. Or, les problématiques ne sont pas les mêmes. Les petites copropriétés sont souvent désorganisées ; certaines n’ont pas de syndic, professionnel ou bénévole. Si on veut les sensibiliser aux enjeux de la réhabilitation, et plus encore aux travaux d’économies d’énergie, il faut commencer par les aider à se structurer », insiste Morad Charrouf-Victor, chef du service Habitat de la CAC. Réunissant copropriétaires, acteurs institutionnels et professionnels, ces commissions permettent d’identifier et d’échanger sur les difficultés réelles rencontrées par les copropriétés du territoire. « Cela nous a permis de monter des actions pour aider les copropriétaires à s’organiser, par exemple en les accompagnant pour monter leur première assemblée générale. Nous les aidons à bien gérer leur copropriété. C’est une étape essentielle avant de pouvoir les emmener plus loin, vers la réalisation de travaux de rénovation importants », précise M. Charrouf-Victor.


* Fin 2017, Picardie Pass Rénovation devient « Hauts-de-France Pass Copropriété » pour son action auprès des copropriétés sur l’ensemble de la Région Hauts-de-France.
[1] Dans le cadre de son Opération programmée d’amélioration de l’habitat (OPAH), en collaboration avec l’État, l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH), le Conseil régional et le Conseil départemental de l’Oise.
Share Button