Comme la résidence Hélène, beaucoup d’immeubles picards construits avant 1974 sont devenus très énergivores. Dans un contexte de pression réglementaire en direction des copropriétés, Picardie Pass Rénovation* permet de transformer la contrainte légale en une vraie opportunité !

 

Les copropriétés sont devenues une cible essentielle pour la rénovation énergétique du bâti. Représentant 43% des charges d’énergie à l’échelle nationale, et 25% des émissions de gaz à effet de serre, une série de lois visent à les engager progressivement dans la voie de la rénovation thermique. Les lois Grenelle I et II (2007 et 2008), suivies de la loi Alur (2015) et enfin la loi sur la transition énergétique, ont édicté des obligations de réalisation d’audits énergétiques pour les copropriétés d’ici 2017, et de travaux d’économies d’énergie d’ici 2025. Autant d’épées de Damoclès pour les copropriétaires, qui manquent souvent de conseils et de moyens pour anticiper et engager ce type d’opération. Pour les copropriétaires de la résidence Hélène, située à Montataire dans l’Oise, la rénovation énergétique ne sera pas synonyme de cauchemar ! Bien au contraire, grâce au cadre sécurisant et facilitant du Picardie Pass Rénovation, le conseil syndical s’est laissé convaincre de l’opportunité d’engager dès à présent des travaux d’isolation thermique, plutôt que d’attendre de ne plus avoir le choix.

Ravaler ou isoler, that’s the question

 

Rénovation énergétique CopropriétésEt pourtant, au tout début, il n’était pas question de travaux énergétiques pour le conseil syndical de la résidence Hélène. Tout est parti d’un projet de ravalement de façade, qui les a conduits jusqu’au bureau d’études Citémétrie, à la fois opérateur de l’OPAH de l’Agglomération creilloise, et du service public de l’efficacité énergétique de Picardie. Rima Desachy, architecte chez Citémétrie, se souvient de leurs premiers échanges : « Nous avons interpellé le conseil syndical sur l’opportunité d’aller un peu plus loin qu’un simple ravalement, en intégrant des travaux d’économie d’énergie. L’enjeu pour eux était aussi de pouvoir faire face à l’obligation d’un audit énergétique avant la fin 2016. » La meilleure option : anticiper, mais surtout transformer la contrainte légale en opportunité. « Faire un audit pour l’audit, simplement parce que la loi le demande, ce serait dommage et ça n’a pas beaucoup de sens pour les propriétaires. En revanche, embarquer dans le projet de ravalement un projet d’isolation, ça donne du sens », explique Rima Desachy, avant de poursuivre : « et puis surtout, il faut réaliser que l’isolation ne représente que 30% de surcoût par rapport au ravalement. Ce sont les frais d’installation, les échafaudages, qui pèsent pour deux tiers des charges fixes, alors autant en profiter pour isoler en même temps ! Le pari est gagnant, avec un retour sur investissement grâce à la réduction durable des factures d’énergie que va permettre l’isolation, mais aussi des appartements dont la valeur augmente. »

Un cadre sécurisé 

 

Rénovation énergétique CopropriétésC’est le cadre sécurisant du Picardie Pass Rénovation qui a définitivement convaincu le conseil syndical, en permettant de lever deux freins : l’inquiétude liée à la dimension technique du projet, et le frein financier. Savoir que le projet global va être supervisé de bout en bout, et intégralement préfinancé, par un service public, a pesé lourd dans la conviction du conseil. « Toutes les conditions sont réunies pour réaliser l’opération dans de bonnes conditions. Il ne faut pas oublier qu’à partir de 2025, les copropriétés seront obligées de répondre à certains critères énergétiques, nous serons alors au pied du mur ! », insiste Patrick Lanowitz, Président du conseil syndical, faisant référence à la récente loi de transition énergétique qui impose désormais à toutes les copropriétés de classe énergétique F ou G[1] d’engager des travaux de rénovation avant 2025. Les copropriétaires de la résidence Hélène n’auront pas attendu ; ils sont désormais embarqués : tous vont bénéficier du Picardie Pass Rénovation et parmi eux, 100 peuvent aussi prétendre aux subventions de l’ANAH, dans le cadre du programme « habiter mieux ».


* Fin 2017, Picardie Pass Rénovation devient « Hauts-de-France Pass Copropriété » pour son action auprès des copropriétés sur l’ensemble de la Région Hauts-de-France.
[1] L’article 5 de la loi de transition énergétique impose, pour toute copropriété dont la consommation en énergie primaire est supérieure à 330 kilowattheures d’énergie primaire par m² et par an, à engager des travaux de rénovation avant 2025.
Share Button